Les fables canadiennes de Jules Verne

Les fables canadiennes de Jules Verne

Discorde et concorde dans une autre Amérique

Par Gérard Fabre

208 pages · 9x6 · 20 juin 2018

Papier ISBN : 9782760326781

PDF ISBN : 9782760326798

ePub ISBN : 9782760326804

Disponibilité : En stock

Nom du produit Prix Qté
Papier
29,95 $ CA
-
+
PDF
23,99 $ CA
-
+
ePub
23,99 $ CA
-
+

Description

En trois décennies, du début des années 1870 au tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans couvrant plus d’un demi-siècle d’histoire canadienne. 

Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global de la création vernienne, il forme en même temps une entité à part entière, un formidable révélateur de la place du Canada et du Québec en France. Cette place est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions avec l’Angleterre et les États-Unis. 

Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860, s’attachent à comparer les réactions de personnages anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889). Le conflit anglo-américain explique les connivences entre Canadiens français et Américains, dont font état ces deux romans. 

Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système d’alliance. Dans Le Volcan d’or, rédigé en 1899-1900, les relations vont diamétralement changer : Canadiens français et anglais, tous honnêtes gens en quête de l’or du Klondike, s’unissent contre des Américains originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés. 

Comment analyser ce retournement? Quelle clé offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle, les images du Canada et du Québec qui prévaudront dès lors en France?

Recensions

Peu de gens, à commencer par nous-mêmes à la rédaction, connaissaient l’intérêt que portait le grand écrivain futuriste à notre cher pays. (...) [Gérard Fabre], chercheur au CNRS nous montre à quelles sources le romancier s’abreuvait pour rendre compte au plus près de la situation sociopolitique au Canada et quels étaient l’évolution des rapports au fil du temps entre les canadiens-français, les anglais et les américains. Chapeau à l’essayiste qui lève le voile sur un aspect trop méconnu de la vie de Verne.