Récits inachevés

Récits inachevés

Réflexions sur les défis de la recherche qualitative

Edited by: Isabelle Perreault, Marie-Claude Thifault

256 Pages · 9x6 · May 25 2016

Paper ISBN: 9782760323728

PDF ISBN: 9782760323735

ePub ISBN: 9782760323742

Availability: In stock

Product Name Price Qty
Paper
39.95 $ CA
-
+
PDF eBook
29.99 $ CA
-
+
ePub eBook
29.99 $ CA
-
+

Description

Isabelle Perreault

Que dire et quoi écrire sur des personnes qui laissent peu de traces ou qui, lorsqu’elles en laissent, les inscrivent souvent en marge des normes? Quand et comment faut-il mettre en narration « scientifique » des discours singuliers se rapportant à des individus qui, eux-mêmes, « échappent » à la fois aux systèmes et aux récits dominants?

Comment extraire avec acuité et fidélité l’essence de témoignages des travailleurs du sexe, des personnes vivant avec le VIH/sida ou faisant partie des minorités sexuelles et de genre, et cela, sans modifier leurs propos ni trahir les pensées qu’ils ont consenti à dévoiler? Comment retracer l’itinéraire de patients dans un contexte de déshospitalisation psychiatrique alors que les archives semblent introuvables? Comment rendre compte avec justesse de la parole délirante de ceux qu’on a coutume d’appeler les « fous » (malades mentaux, suicidés, criminels)? Comment faire parler les « derniers » témoignages des suicidés?

Voilà quelques-unes des questions auxquelles se heurtent fréquemment les spécialistes des sciences sociales et humaines.

Afin de trouver des pistes de réponses, des professeurs et des chercheurs en histoire, en sociologie, en criminologie, en travail social et en santé s’appuient sur des approches méthodologiques variées (analyse documentaire, ethnométhodologie, narration sociologique, histoire orale/entretiens/témoignages, théorisation ancrée), tout en abordant les questions d’éthique et l’importance des affects dans leur travail/pratique professionnelle.

Introduction

Isabelle Perreault (Université d’Ottawa) et Marie-Claude Thifault (Université d’Ottawa) ............................................. 1

Archives mineures et sociologie narrative

Jean-François Laé (Université Paris VIII) ...................................................... 13

Pour une improbable méthode. Et si par hasard on se retrouvait dans des cartons : histoire familiale orale, archives et autres écrits

Robert Bastien (Université de Montréal) ........................................................ 25

Les dérives épistémologiques d’une criminologue péruvienne au Congo

Maritza Felices-Luna (Université d’Ottawa) .................................................. 63

Convergences et diversité. Une interprétation collective des pratiques et usages du témoignage par des communautés sexuelles

Maria Nengeh Mensah et le groupe Cultures du témoignage (Université du Québec à Montréal) ............................................................... 85

Quand les sources traditionnelles ne répondent pas…

De quelques stratégies pour brosser un portrait sociohistorique de la déhospitalisation en santé mentale dans le Nord ontarien (1950-2010)

Marie LeBel (Université de Hearst) et Frédérique Dallaire-Blais (Université de Sudbury)....................................... 115

Travailler « la matière-émotion » : une approche microhistorienne

Marie-Claude Thifault (Université d’Ottawa) ................................................ 139

Peut-on prendre les récits de malades au pied de la lettre ?

L’exemple des courriers de patients adressés au Dr Tissot

Alexandre Klein (Université d’Ottawa) .......................................................... 155

vi RÉCITS INACHEVÉS

L’Histoire en délires. Usages des écrits délirants dans la pratique historienne

Laurence Guignard (Université de Lorraine, CRUHL) et Hervé Guillemain (Université du Maine, CERHIO) ................................... 177

Faire parler la mort volontaire : enjeux épistémologique, méthodologique et éthique

Patrice Corriveau (Université d’Ottawa), Annie Lyonnais (Université du Québec à Montréal), Jean-François Cauchie (Université d’Ottawa)

et Isabelle Perreault (Université d’Ottawa) .................................................... 201

Conclusion – Ce qui reste. Usages des archives

Philippe Artières (Centre national de la recherche scientifique/

École des hautes études en sciences sociales) ................................................... 219